En quoi consiste l'exploitation agricole en maraîchage ?

La comptabilité des maraîchers : le point sur vos obligations

L’exploitation agricole en maraîchage ne se résume pas uniquement à l’entretien des légumes ou plantes aromatiques. Ce véritable gestionnaire veille au bon fonctionnement de son entreprise. Plusieurs missions administratives doivent être effectuées quotidiennement par le légumier. Le maraîcher doit par exemple tenir à jour la comptabilité de l’exploitation, remplir les déclarations de crédit d’impôt ou TVA, s’occuper de l’embauche d’un salarié, souscrire un crédit pour moderniser l’exploitation, solliciter les organismes qui s’occupent de la redistribution des aides…

Les principales obligations pour la comptabilité des maraîchers

Comme c’est le cas pour la plupart des chefs d’entreprise qui commercialisent leur production, l’exploitation agricole en maraîchage répond à plusieurs obligations comptables. Cette obligation varie selon le régime fiscal d’imposition choisi par l’exploitant. Les exploitants maraîchages qui choisissent le régime autorisant le remboursement forfaitaire agricole sont obligés de facturer leurs services. Grâce à ce régime, la tenue de comptabilité des maraîchers est allégée.

Notons que ce régime est accordé aux maraîchers dont les recettes hors-taxes de l’exploitation sont inférieures à 46 000 €. Les exploitants en maraîchage qui ont totalisé des recettes hors-taxes dépassant 46 000 € en moyenne sur 2 années consécutives ont accès au régime simplifié agricole. Dans ce cas, les obligations comptables sont plus importantes.

Statut juridique qui convient le mieux à l’exploitation agricole en maraîchage

Pour gérer une exploitation agricole, le maraîcher peut travailler avec d’autres personnes. Il peut s’agir des membres de sa famille, apprenti agricole, salarié… Tous ceux qui travaillent au sein d’une exploitation doivent obligatoirement avoir un statut social. Parmi les obligations du maraîcher, il pourra choisir son propre statut social, gérer les salaires et bulletins de paie, rédiger les contrats de ses employés, s’assurer que toutes les déclarations sociales sont à jour. Les statuts juridiques d’une exploitation agricole en maraîchage peuvent être une entreprise individuelle, EARL, EIRL ou GAEC. Pour aider les maraîchers à trouver le bon statut juridique, il est recommandé de tester le simulateur gratuit.

Obligation professionnelle propre aux commerçants

Qu’il s’agisse d’une personne physique ou morale, le commerçant doit obligatoirement tenir une comptabilité s’il est inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). La comptabilité peut être normale ou simplifiée, elle doit respecter les règles strictes contenues dans le plan comptable. Notons que les commerçants qui exercent sur les marchés comme un maraîcher bénéficient d’une comptabilité fournisseur contraignante à gérer.

Le fait est que les approvisionnements des maraîchers peuvent se faire parfois à l’étranger. Les commerçants doivent émettre des factures, noter de manière chronologique les mouvements relatifs à l’activité, tenir à jour un inventaire, conserver pendant au moins 10 ans après la clôture du dernier exercice toutes les pièces comptables telles que les journaux, factures, grands livres de comptes…